Grand Père ( roman )

Neuf

Roman - 256 pages - 2014
Edition de luxe : Eretic-art - format 16 cm x 24 cm
Texte : Costes - Dessins : Van der Linden

32 euros PORT COMPRIS

Commandez vite, sans créer de compte, 
avec  l'option "commande instantanée"
(sous l'option "créer un compte")

Paiement par carte bancaire, paypal ou chèque.

Plus de détails

687 Produits

En stock - Envoi dans les 24H

32,00 €

En savoir plus

L'histoire : La folle épopée du grand-père de Costes au début du 20ème siècle : cosaque en Russie, légionnaire au Maroc, bagnard en Guyane et collabo en 1940...

-------------------------

L'édition de luxe :
- Tirage limité de 1000 exemplaires numérotés et signés.
- Préface de Raphaël Sorin, éditeur de Bukowsky, Houellebecq et Costes.
- Design inspiré des livres d'aventures illustrés du 19eme siècle.
- 16 illustrations noir et blanc, une par chapitre.
- et une sérigraphie 3 couleurs
- Frontispice dessiné à l'ancienne, et 16 lettrines.
- Couverture cartonnée en Baladek Istrana, avec titres et dessin en dorure à chaud.
- Livre cousu-collé avec tranchefile. Dos rond.
- Papier bouffant ivoire Hellfoss. Pages de garde en Gurdsman Red.

---------------------------

CRITIQUES DE "GRAND PERE"

Ce roman est un chef d'oeuvre.
Stephane Blakowski - Culture Club - France 4

Un grand roman épique. entre Céline et Bukowsky.
Thierry Ardisson - Tout le monde en parle

"Grand Père", la folle vie du grand-père de Costes, Cosaque sabrant les moudjiks dans la steppe, légionnaire décimant les Berbères, bagnard en Guyane, finissant dans un HLM de banlieue à taper sur sa femme.
On n'a rien lu de pareil depuis des lustres. Avec une langue charriant l'argot, l'Histoire et la misère, on pense forcément à Céline. 
Arnaud Sagnard - 20 minutes

Une vraie rage. Un vrai style. Entre Céline et Bukowski.
La Presse Littéraire

LA CHAIR ET LA CROIX
Quand Costes pousse les portes de l’Enfer, il le fait sans s’assurer une issue de secours (... ) Le scabreux n’est pas une posture chez lui. Sous le tumulte obscène, sanguinolent, n’importe quel lecteur attentif percevra l’extase du mystique. Jadis la chose était habituelle. Le débauché entrait à la Trappes, et le barbare tombait en extase au pied de la croix. Moins aujourd’hui. Sans doute parce que les mièvreries de l’autofiction ont pris le pas sur les grandes turpitudes. Aussi, pour impie qu’il paraisse, “Grand Père”, si drôle, si décapant par ailleurs, annonce le retour de Proses illuminées où l’auteur fait le sacrifice de sa raison et de sa chair dans l’espoir d’une rédemption (...) C’est qu’en art ne nous guide que l’émotion. Pas le discours.
Gérard Guégan - Sud-Ouest

Cet artiste polymorphe et déjanté sort un fabuleux roman, "Grand Père".
Le nouvel Observateur (Paris Obs) Olivier Stup

Ce livre est une merde incroyable. Costes, une nullité, une aberration, un accident littéraire. Ailleurs on l’aurait déjà depuis longtemps abattu comme un chien enragé. C'est un minable, un raté, un parasite. Dangereux en plus. Et sans aucun talent.
Message sur forum

Un livre magnifique, plein d'HUMANISME CRUEL.
Jacques de Pierpont - "Rock Show" RTBF

Une grand claque littéraire.
Technikart

Un extraordinaire roman d'aventures trash.
Emmanuel de Brantes - Radio Nova

Le sous-roman d'un sous-performer scato.
Télérama

Jean-Louis Costes est un des plus grands écrivains du XXIème siècle. Il n'écrit que sur l'essentiel : L'enfer sur Terre. "Grand Père" est un road-movie qui se lit vite, dans l'effroi et l'hilarité, avec la sensation déconcertante de se trouver quelquepart entre "Guerre et Paix" et "Hitler = SS". Sous l'ultra violence, c'est un roman d'amour, effroyable et aveuglant, livré dans un langue tragique dont nous avons perdu le secret.
Bruno Deniel-Laurent - La revue littéraire

Grand-Père, c'est la connerie humaine, le sang, le sperme et la souffrance décrits avec une intelligence radicale, dans un style qui vous secoue les tripes. C’est un livre qui s'attaque magistralement au sujet le plus difficile du monde : la représentation du mal. Costes est un génie !
Demonia - Agnès Giard

Résumons ce roman : Tintin = Sade + Artaud + Céline.
Libération

L’ENERGIE DU DESESPOIR, L’ENERGIE DU CHAOS
" Grand Père " est un OVNI qui réveille le monde endormi de la littérature. Costes réinvente la langue française, la secoue. Comme Céline, il batit un style nouveau, jamais bridé, jamais sec, qui secoue les tripes et la tête. Hachée, décalée, destructurée, la langue de Costes chante la violence et le sexe, l’inhumain. Un langage des plus crus, manié avec un plaisir féroce, pour graver dans le marbre l’épopée barbare du Grand Père. Costes, c’est l’énergie du désespoir, l’énergie du chaos.
Marc Alpozzo – La presse littéraire

"Grand Père" est un chef d'oeuvre. Un roman terriblement éprouvant certes, mais d'une poignante authenticité. Un livre qui regarde l'homme dans le blanc des yeux, l'étreint désespérement pour le retourner comme un gant et l'immoler, indécent pantin, sur l'autel de la vérité.
Mathias de Jonghe - Indications, la revue des romans ( belgique )